BRUXELLES : L’UE ET L’UNION AFRICAINE, UN « PARTENARIAT RÉNOVÉ »

BRUXELLES : L’UE ET L’UNION AFRICAINE, UN « PARTENARIAT RÉNOVÉ »

150 milliards d’euros et une aide accrue pour produire des vaccins anti-Covid en Afrique, L’UE et l’Union africaine (UA) ont scellé, vendredi 18 février à Bruxelles, un « partenariat rénové ». Et si Adolphe Muzito avait raison?

Et si Adolphe Muzito avait raison ?

« L’Europe est géographiquement et historiquement le partenaire naturel de l’Afrique. Et, ce partenariat a un caractère complémentaire pour les deux continents… Adolphe Muzitu, ancien Premier Ministre congolais ».

En marge du sixième sommet Union européenne‑Union africaine, du 17 et 18 février 2022 à Bruxelles, Adolphe Muzito ancien Premier Ministre de la République démocratique du Congo, Député National, Membre du Présidium de la Plateforme LAMUKA et Président du Parti Nouvel Elan, avait deux jours plus tôt, animé une Conférence – débat au Press Club Brussels Europe, sur les contraintes, les obstacles et opportunités du Sommet UE-UA pour l’Afrique et plus spécifiquement pour la RDC.

Durant ce point de presse, Adolphe Muzito a , entre autres, fait savoir à son auditoire qu’il souhait vivement la création d’un fonds souverain en RDC. Ce fond qui d’office sera sous-tendu par les actifs miniers du Congo. 

« Il faut chiffrer, titriser et évaluer. Nous avons combien de tonnes de minerais dans le sous-sol ? Nous sommes deuxième producteur de cuivre et premier producteur de cobalt. Le coltan, le lithium… Nous pouvons mettre cela sur le marché en titrisant et mobilisant des fonds. Une partie (de ces ressources. NDLR) pourra être mise en hypothèque pour lever des fonds », a déclaré l’ancien Premier ministre.

Adolphe Muzito précise que son approche consiste à savoir comment augmenter le budget de l’État (RDC) grâce aux ressources propres mobilisées sur le marché financier, comment ainsi constituer un fonds souverain et financer, via le marché financier international ou encore les partenaires bilatéraux comme la Belgique. 

« On a un PIB faible, mais on a tout, plus que le monde entier, en ressources naturelles. L’Occident a besoin de nos ressources et nous avons besoin de leurs capitaux. Il faut donc créer un rapport de force pour qu’ils viennent avec leur argent et leurs connaissances techniques », a déclaré l’ancien Premier ministre congolais.

Selon l’ancien premier ministre Congolais, la RDC a un PIB de 55 milliards mais on a une dette de 6 milliards, si on y intègre la dette intérieure. Cela signifie que l’on a un taux d’endettement qui approche les 10 ou 12 %, là où les autres on un taux d’endettement de 100% de leur PIB.  Cela signifie que le Congo peut nouer des partenariats car il peut emprunter jusqu’à 60 ou 70 %.

« C’est vrai qu’il va poser un problème de consommation ou d’utilisation de l’argent dans la durée, mais on a cette capacité d’endettement », explique Adolphe Muzito.

« Adopter une déclaration sur une vision conjointe pour 2030 » : tel est l’objectif que s’est donné le 6e sommet UE-Afrique

A seulement quelques heures après l’officialisation par la France et ses alliés de leur retrait militaire du Mali, les Européens ouvrent la voie à une réallocation accrue en faveur des Africains des droits de tirage spéciaux du Fonds monétaire international (FMI) destinés aux pays riches, mais sans engagement ferme, selon la déclaration commune adoptée lors du 6e sommet des deux organisations.

« Notre vision commune (…) a pour objectif de consolider un partenariat renouvelé pour la solidarité, la sécurité, la paix, le développement économique durable », ont plaidé les dirigeants africains et européens, réunis depuis jeudi pour « réinventer » leur relation et « installer un nouveau logiciel », selon la formule du Sénégalais Macky Sall, président de l’UA.


More Articles for Show: PARLONS-EN ?

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
2 × 29 =


Read also x