MONIQUE SEKA « PLAGIAT » MPONGO LOVE ?

MONIQUE SEKA « PLAGIAT » MPONGO LOVE ?

Mpongo Love, quelle héritage pour l’Afrique ?

En Afrique, les décennies 50, 60, 70 et 80 ont vu émerger des « divas » ou femmes de grand talent telles Lucie Eyenga Moseka, Myriam Makeba (Afrique du Sud), Bella Bellow (Togo), Abeti Masikini, Mpongo Love, M’Bilia Bel, Angélique Kidjo, Tshala Muana, Mukangi Déesse, Aïcha Koné l’ivoirienne (Bénin), Cesaria Evora (la capverdienne), la gabonaise Patience Dabany, Abby Surya (Congo- Brazzaville, Monique Seka (Côte d’Ivoire), Nayanka Bell (Côte d’Ivoire), la Sénégalaise Coumba Gawlo ou encore la sud-africaine Brenda Fassie….

Dans un passé récent, la République Démocratique du Congo a tiré son épingle du jeu par le nombre élevé de ses chanteuses sur la scène du continent Africain. Du coup, toute une nouvelle génération de jeunes chanteuses Africaines ses sont inspirées ou laissés attirées par les succès, talents ou savoir-faire des chanteuses comme Mpongo Love « La voix la plus limpide du Zaire »…

L’exemple de l’Ivoirienne Monique Séka, née le 22 novembre 1965. Elle fréquente l’univers de la musique dès son jeune âge. Elle était prédestinée à une belle carrière. Née dans une famille de musiciens, l’une des plus belles voix d’Afrique qui vit aujourd’hui en France a été très tôt mordue par le virus de la musique. Son apprentissage, elle le doit à sa famille. D’abord aux côtés de son père Okoi Seka Athanase, chanteur très populaire en Côte d’Ivoire dans les années d’après indépendance, et ensuite aux côtés de ses grandes tantes connues sous le nom du très mythique groupe dénommé « Les soeurs Comoé »…  Après avoir fourbi ses armes, elle va rejoindre l’orchestre de la Radiotélévision nationale ivoirienne. « Nous sommes en 1981 » !

Au regard de ses nombreux succès et des distinctions emportés sur la scène continentale, internationale et même de son parcours musical, l’on en vient tout simplement à conclure qu’elle est  la reine de l’Afro Zouk. Monique Séka est surnommée la reine de la musique Afro-zouk et connue pour son timbre de voix exceptionnel.  

Trois décennies après sa mort, quelle héritage tirer de sa carrière ?

M’Pongo Love, de son vrai nom Alfride M’Pongo Landu est une chanteuse congolaise née le 27 août 1956 à Boma (RDC) et décédée le 15 janvier 1990 à Kinshasa (RDC). Elle est considérée, avec Abeti Masikini, comme les deux plus grandes dames de la musique congolaise moderne. M’pongo est partie laissant derrière l’elle une riche discothèque façonnées par sa créativité et son talent hors du commun.

« M’pongo love était extraordinaire. Son état d’handicap n’a pas étouffé le talent fou qu’elle avait. Sa voix a bercé tout le Zaïre et l’Afrique entière.  Sa mort reste une perte pour toute la nation congolaise et l’Afrique», témoigne un de ses fans.

15 janvier 1990 au 09 Septembre 2022. Cela fait exactement trente-deux  ans que l’artiste musicienne M’pongo Love a quitté la terre des hommes, à la fleur de l’âge, après une hospitalisation au Gabon. La nouvelle de sa mort plonge la République Démocratique du Congo dans l’émoi. Le public congolais venait de perdre une star, seulement âgée de 33 ans. Trois décennies après sa mort, elle reste vivante dans la mémoire collective des mélomanes…


More Articles for Show: PARLONS-EN ?

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
7 + 17 =


Read also x